A Propos

Catherine, Artiste Céramique

catherine-evrard-artiste

Aujourd’hui, c’est la passion qui m’anime et me fait avancer.

Je n’ai pas fait d’école d’art, je suis une instinctive, une intuitive. Chaque création a sa propre histoire : rêvée, dessinée, imaginée, puis racontée, quand je la façonne, quand je la décore.

J’accepte, la part que je ne maîtrise pas, celle qui m’est offerte dans l’exercice de ce savoir-faire millénaire.

Il me reste tant et tant à découvrir.

Catherine EVRARD

Mon histoire

Depuis 10 ans, j’expérimente des chemins. Il faut savoir se perdre, s’abandonner pour que la magie opère.


Terre tendre et sensuelle entre mes mains.


J’ai une affection particulière pour les pièces rondes. Les gestes au tour sont précis, le regard s’éloigne peu à peu, il ne reste qu’elle et moi physiquement, intellectuellement, sentimentalement, intrinsèquement. Créations de vide et de plein aux parois étirées et délicates.


Sollicitations de tous les sens… souffle, concentration, le tournage m’apparaît être un acte méditatif. Faire corps et entrer physiquement en contact avec la matière.

atelier-terre-dunoise-sigillee
atelier-terre-dunoise-sigillée

Puis, au terme de cet « entre-deux » elle apparaît. Correspond t’elle à l’image, au dessin, à l’histoire que je vais raconter à travers elle ? Moment d’introspection, de réflexion.


S’en suivent des dizaines de manipulation, affinage de la paroi, taillage du pied, trouver l’équilibre. Polies, à la pierre, jusqu’au séchage complet, la paroi ainsi préparée est prête à recevoir la décantation argileuse, nectar, couche après couche, l’argile « vernis » prend alors une place centrale dans le décor, puis viendra le temps de la cuisson et de l’enfumage.


Magie du feu, de la fumée, le temps (encore lui), promet alors des récompenses souvent aléatoires, mais toujours bienvenues. Il est alors temps de les découvrir, de les scruter sous la cendre tiède, après des heures de travail, de questionnements, de mises en œuvre. C’est le temps de l’observation minutieuse, du touché, de se laisser aller à l’émotion de l’instant présent.

Vous les découvrez à l’atelier et si vous vous laissez aller au questionnement, je vous raconterai l’histoire ou les histoires à l’origine d’une création.

La solitude, la paix et le calme de l’atelier, vital et essentiel de la conception à la réalisation, cœur et esprit réunis, à l’unisson, l’ensemble des créations offrent au regard, une collaboration entre ciel et terre.

Mes influences sont diverses, je me nourris du monde et de ses échos.

catherine-evrard-a-propos
catherine-evrard-terre-sigillee

Je m’attache à des formes, au demeurant simples, toujours très épurées. Le regard doit glisser sur une ligne, la matière doit appeler la main du visiteur. Je sais qu’à ce moment précis, j’ai réussi à formaliser une émotion, la mienne. J’entends celles de mes visiteurs. Notre dialogue et notre partage à l’atelier part toujours de ressentis. Je suis toujours surprise et heureuse de ces moments qui ouvrent des espaces de discussion.

Puis je reviens à la terre… pour de nouvelles créations et de nouveaux projets. Il s’agit toujours de moments d’exaltation et tant qu’il en sera ainsi, je continuerai à emprunter d’autres chemins et à me perdre encore et encore…

Ma Spécialité :
La Terre Sigillée​

Le support

Dans la poterie sigillée, il y a d’une part le support, décoré ou non et le vernis d’engobe (apposé sur la surface de la poterie), que l’on appelle la terre sigillée, terre finement et longuement décantée pour ne garder que les particules les plus fines qui vont se vitrifier à la cuisson.

La cuisson

Les poteries sigillées sont des poteries en argile de basse température. Les températures de cuisson varient entre 980° et 1100° selon les argiles de base et le vernis en se basant sur le résultat escompté.

La finition sigillée​

Dans la poterie sigillée, il y a d’une part le support, décoré ou non et le vernis d’engobe (apposé sur la surface de la poterie), que l’on appelle la terre sigillée, terre finement et longuement décantée pour ne garder que les particules les plus fines qui vont se vitrifier à la cuisson.

Un résultat surprenant

Les poteries sont façonnées au tournage, à la main. Elles peuvent être avoir des reliefs ou non, avoir des teintes qui varient de l’orange vif en passant par la rouge, le gris, un aspect métallescent, jusqu’au noir profond. Ces variations infinies vont dépendre du support, de la température de cuisson, du type de cuisson, de ce que l’on peut introduire dans le four au cours de la cuisson, le type de combustible, de l’enfumage, tout est variable à l’infini.

"Vos Jolis mots"